19/11/2014 – Le 8e colloque « La construction identitaire de l’enfant placé »

 

 

 


L’association Les Nids organise dans le cadre des 25 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et avec le partenariat de la Matmut, son 8e Colloque consacré aux pratiques en travail social et aux droits de l’enfant.

 

Ce colloque annuel aura lieu le mercredi 19 novembre 2014 à Rouen et s’adresse aux professionnels de l’enfance, travailleurs sociaux, enseignants, avocats de la famille, magistrats, soignants, … C’est un temps de formation qui permet aussi de nombreux échanges entre professionnels.

 

Fondée par Madeleine LECOEUR il y a plus de 80 ans, l’association Les Nids s’efforce de faire partager et de promouvoir toutes les pratiques aujourd’hui permettant que tous les enfants aient le droit et le temps de grandir comme les autres.
Acteur historique du champ social de Haute-Normandie, mène des missions d’intérêt général en faveur de l’enfance en difficulté et de sa famille.

Ce colloque aura lieu à la Matmut 

66 Rue de Sotteville 76100 Rouen

Plan d’accès :

  → Téléchargez l’invitation

INSCRIPTION

Libre et gratuite

A effectuer avant 12/11/2014

Auprès de Virginie BUGNER, Secrétaire de direction de l’association Les Nids, au 02.35.76.80.09 ou par email : vbugner@lesnids.fr

 

« Les enfants ne sont pas la propriété de leurs parents, pas plus qu’ils ne sont des bénéficiaires passifs de notre charité, ils sont sujets de leurs propres droits ». (Nouvelle vision de l’enfant que reflète l’UNICEF)

En ce 25ème anniversaire de la ratification de la convention internationale des droits de l’enfant, l’association les Nids a décidé d’interroger la question de la construction identitaire de l’enfant pendant le placement.
En effet, quand l’enfant a besoin, en raison de carences familiales de l’intervention d’éducateurs professionnels, de soignants, de thérapeutes, … il est confronté à des influences diverses.

Cette aide à l’enfant induit un regard permanent sur l’inadéquation de ce qui se passe en famille et une soumission aux conditions qui permettront son retour plein et entier dans cette famille, ou au contraire une prise de distance qui peut être définitive, sans que l’enfant n’ait forcément ou toujours voix au chapitre.

Dans ces conditions, comment l’enfant, l’adolescent, peut-il se forger sa propre identité ?

 

Comments are closed.